3.239.236.140

Programme

Rhizottome

Rhizottome
© Mathieu Vladimir Alliard

C’est d’abord dans la rue et les bals qu’ils joueront et construiront leur répertoire à partir de 2008, en France, au Portugal, en Belgique ou en Italie. Portés par les airs «néo-traditionnels» et des mélodies plus classiques (Rameau, Telemann, Schubert, Weill), ils composeront progressivement leur propre répertoire, et le présentent désormais à de nouveaux auditoires, dans les théâtres, les festivals de jazz, au Japon…

Rhizot(t)ome vient d’un terme ancien d’herboristerie désignant le « coupeur de racines ». Leur musique est toujours accompagnée dans sa création de la notion de tradition, avec laquelle on se doit de jouer : renouer avec ses racines pour mieux s’en défaire. Le jeu consiste également à s’en inventer de nouvelles en allant puiser des couleurs, des textures, des carrures rythmiques dans différents répertoires et régions du monde. Des compositions originales naissent alors de ce processus créatif, révélant des territoires intimes à conquérir.

Prendre, reprendre, retourner des compositions dont les structures sont empruntées aux musiques traditionnelles, les exploser en envolées improvisées pour mieux les « re-composer », puis les retrouver – presque – intactes.

Ils jouent, tentant de trouver à travers l’écoute et l’improvisation une énergie qui rendrait toutes les danses possibles. Deux sensibilités à fleur de peau, entre douceur et coups de gueule : les instruments se parlent, essaient de s’apprendre, et de construire à chaque fois de nouvelles histoires, de nouvelles danses. Le concert devient bal, et vice-versa.

Un fil se tend entre l’ici et le lointain, entre le familier et l’étrange, et c’est sur ce fil que se baladent les improvisations. De l’attachement à la rupture, les codes et les repères sont à prendre et à envoyer valser. C’est donc bien d’une cartographie intime et musicale qu’il s’agit, qui de fait invite au voyage ; d’où le désir de faire partager ces explorations à des publics toujours plus différents, toujours plus loin, dans les corps, là où les traits possibles d’un imaginaire commun se tissent.

Une musique généreuse et sensuelle qui cherche à rassembler et à partir ensemble, d’où que l’on soit.

https://rhizottome.wordpress.com
fr
Groupes

Rhizottome

Rhizottome est né de la rencontre de deux instruments: celle du saxophone sopranino de Matthieu Metzger et de l’accordéon chromatique bi-sonore d’Armelle Dousset.

Rhizottome
© Mathieu Vladimir Alliard

C’est d’abord dans la rue et les bals qu’ils joueront et construiront leur répertoire à partir de 2008, en France, au Portugal, en Belgique ou en Italie. Portés par les airs «néo-traditionnels» et des mélodies plus classiques (Rameau, Telemann, Schubert, Weill), ils composeront progressivement leur propre répertoire, et le présentent désormais à de nouveaux auditoires, dans les théâtres, les festivals de jazz, au Japon…

Rhizot(t)ome vient d’un terme ancien d’herboristerie désignant le « coupeur de racines ». Leur musique est toujours accompagnée dans sa création de la notion de tradition, avec laquelle on se doit de jouer : renouer avec ses racines pour mieux s’en défaire. Le jeu consiste également à s’en inventer de nouvelles en allant puiser des couleurs, des textures, des carrures rythmiques dans différents répertoires et régions du monde. Des compositions originales naissent alors de ce processus créatif, révélant des territoires intimes à conquérir.

Prendre, reprendre, retourner des compositions dont les structures sont empruntées aux musiques traditionnelles, les exploser en envolées improvisées pour mieux les « re-composer », puis les retrouver – presque – intactes.

Ils jouent, tentant de trouver à travers l’écoute et l’improvisation une énergie qui rendrait toutes les danses possibles. Deux sensibilités à fleur de peau, entre douceur et coups de gueule : les instruments se parlent, essaient de s’apprendre, et de construire à chaque fois de nouvelles histoires, de nouvelles danses. Le concert devient bal, et vice-versa.

Un fil se tend entre l’ici et le lointain, entre le familier et l’étrange, et c’est sur ce fil que se baladent les improvisations. De l’attachement à la rupture, les codes et les repères sont à prendre et à envoyer valser. C’est donc bien d’une cartographie intime et musicale qu’il s’agit, qui de fait invite au voyage ; d’où le désir de faire partager ces explorations à des publics toujours plus différents, toujours plus loin, dans les corps, là où les traits possibles d’un imaginaire commun se tissent.

Une musique généreuse et sensuelle qui cherche à rassembler et à partir ensemble, d’où que l’on soit.

https://rhizottome.wordpress.com